L’entretien annuel d’évaluation : FAQ

Ce début d’année marque le temps des bonnes résolutions, des journées qui rallongent (un petit peu) et… des entretiens annuels d’évaluation. Seulement voilà : que ce soit les conseillers de clientèle qui écopent pour maintenir le navire à flots face à des taux d’appels déplorables ou les cadres qui voient les projets se multiplier dans tous les sens, on n’a pas le temps d’y penser à ce fameux entretien.

Pourtant, il est important de le faire. Voici une FAQ qui pourra nous l’espérons vous aider à mieux appréhender ce rendez-vous :


Puis-je refuser cet entretien annuel ?

Non, cela pourrait même constituer une faute aboutissant au licenciement.


Ai-je le droit d’avoir un temps (hors production) pour préparer mon entretien annuel ?

Ce serait la moindre des choses ! Car sans préparation de votre entretien, la seule chose que vous pourrez faire, c’est subir ! Cependant, rien n’oblige le management à vous accorder un temps « hors production » pour préparer votre entretien. Un temps hors prod consacré à la préparation de l’entretien annuel est quelque chose que la CGT demande et défend.


Ai-je le droit d’être assister durant cet entretien ?

L’entretien d’évaluation n’a rien un caractère disciplinaire, donc la réponse est non, on ne peut pas venir accompagné d’un représentant du personnel.


Comment bien préparer mon entretien annuel d’évaluation ?

Se poser, bien sûr. Ensuite, lister ce que vous jugez être vos réussites, même les plus infimes, car il est souvent difficile, le nez dans le guidon comme nous sommes, d’avoir une vision claire de notre travail. Bien avoir tous vos points forts en tête vous permettra également de contrebalancer d’éventuels points « faibles » qui pourraient vous être reprochés.


Peut-on me reprocher de l’absentéisme (pour maladie par exemple) durant mon entretien annuel d’évaluation ?

En aucun cas ! L’entretien ne doit porter que sur les qualités professionnelles du salarié, en aucun cas sur sa vie privée ! Retenir l’âge, l’état de santé ou la situation familiale du salarié peut être assimilé à de la discrimination ou du harcèlement moral. Si jamais vous êtes confrontés à ce genre de reproches durant cet entretien, venez immédiatement voir vos délégués du personnel CGT !


Si je ne suis pas d’accord avec ce qui ressort de cet entretien annuel d’évaluation, puis-je ne pas le signer ?

Dans l’absolu, oui. En pratique, que l’entretien soit signé ou pas ne change pas grand chose. Cela peut cependant amoindrir le poids du compte-rendu devant les tribunaux, si par exemple une procédure de licenciement est contestée, car cela prouvera que les deux parties n’était pas d’accord sur les conclusions de l’entretien.

Cependant, une autre possibilité consiste à rajouter vos propres commentaires, et contester les différents points négatifs qui vous seraient reprocher. En particulier, si vous juger que vous n’avez pas eu les moyens nécessaires pour réussir les objectifs demandés, cela a tout son sens, et sera aussi utilisable en cas de procédure judiciaire.

Cela revient encore à un point essentiel : bien préparer votre entretien pour pouvoir contrer des reproches injustifiés.


Puis-je profiter de l’entretien annuel d’évaluation pour demander une augmentation ?

Bien sûr, au contraire même ! Si l’entretien se passe bien et que votre manager reconnait vos qualités, et que vous avez su rajouter des réussites qu’il avait oublié (parce que vous avez bien préparé votre entretien, on en revient toujours à ça), c’est même le moment idéal.


J’ai des envies de projets professionnels, dois-je en parler durant cet entretien ?

Oui et non.

Oui car l’entretien annuel d’évaluation peut permettre d’identifier des besoins en formation pour que vous puissiez mieux exercer votre activité. C’est d’autant plus vrai si vous sentez qu’on vous demande d’exécuter des tâches pour lesquels vous n’avez pas reçu la formation nécessaire. De même, cela peut aussi être l’occasion de voir quelles évolutions pourraient être possible dans l’entreprise.

Non, car il y a un autre entretien pour cela : l’entretien professionnel obligatoire, prévu dans le cadre du CPF (compte professionnel du formation). Les employeurs avaient jusqu’au 7 mars 2016 pour organiser ces entretien pour l’ensemble de leurs salariés.

Mais Direct Assurance est bon dernier de la classe, avec un nombre très faible d’entretiens professionnels faits, et qui plus est souvent « casés » durant d’autres entretiens (renouvellement de temps partiel par exemple).

C’est inacceptable, et nous n’avons eu de cesse de le réclamer lors des réunions des délégués du personnels !

Réponse de la Direction ?! Ils avaient effectivement jusqu’au 7 mars 2016, soit deux ans après la promulgation de la Loi, mais cette même Loi ne prévoit des sanctions vis à vis de l’employeur qu’au bout de 6 ans sans entretien… Donc à quoi bon respecter les délais, dans ce cas ?! On vous laisse juge d’un tel comportement…

 

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *